Mycoses (vaginal, ongle, pied…) : quel traitement efficace ?

Mycoses (vaginal, ongle, pied…) : quel traitement efficace ?
4.6 (92.8%) 25 votes

Qu’est-ce qu’une mycose ?

Sommaire

Une mycose est un champignon, et nombreuses sont les variétés de champignons qui existent. Vous en utilisez un pour faire du pain, un autre pour brasser de la bière. L’un d’eux, appelé candida, vit à l’intérieur de votre corps. Si cette mycose devient incontrôlable, vous pouvez facilement contracter une infection. Les infections fongiques peuvent attaquer la peau, les pieds, la bouche, le pénis ou le vagin. Si votre système immunitaire est faible, vous êtes plus susceptible de développer une variété de mycose.

Qu’est-ce qu’une infection fongique ?

Les infections fongiques peuvent affecter n’importe quelle partie du corps. Les champignons sont normalement présents aussi bien à l’intérieur qu’en dehors du corps, aux côtés de diverses bactéries. Lorsqu’un champignon commence à proliférer, vous pouvez contracter une infection dite fongique.

Les infections fongiques sont courantes dans une grande partie du monde naturel. Chez l’homme, les infections fongiques surviennent lorsqu’un champignon envahisseur s’empare d’une partie du corps, et que le système immunitaire n’est pas en mesure d’y faire face.

Les champignons peuvent vivre à l’air libre, dans le sol, l’eau et parmi les plantes. Il y a aussi des champignons qui vivent naturellement dans le corps humain.

Comme beaucoup de microbes, il y a des champignons utiles et des champignons nuisibles. Lorsque des champignons nuisibles envahissent le corps, ils peuvent être difficiles à anéantir, car ils peuvent survivre dans l’environnement et infecter de nouveau la personne qui essaie de s’améliorer.

Dans cet article, nous examinons qui est le plus à risque de contracter une infection fongique, et quels sont les symptômes et les options de traitement pour certains types d’infection.

Qu’est-ce qu’une mycose vaginale ?

Une mycose vaginale, également connue sous le nom de « candidose », est une affection courante. Un vagin sain contient des bactéries et quelques cellules de mycose. Mais lorsque l’équilibre des bactéries et des champignons est bouleversé, les cellules de mycose peuvent se multiplier. Cela cause des démangeaisons intenses, de l’enflure et de l’irritation.

Le traitement d’une mycose vaginale peut soulager les symptômes en quelques jours. Dans les cas les plus graves, cela peut prendre jusqu’à deux semaines de traitement.

Les infections fongiques liées à une mycose vaginale ne sont pas considérées comme une infection sexuellement transmissible (IST). Le contact sexuel peut se propager, et les femmes qui ne sont pas sexuellement actives peuvent également en être affectées. Une fois que vous avez une infection fongique, vous êtes aussi plus susceptible d’en développer une autre.

Ce type de mycose peut être traité naturellement, grâce à une méthode adaptée. Nous vous en parlons dans cet article.

Quels sont les symptômes d’une mycose vaginale ?

Les mycoses vaginales ou vulvaires présentent des symptômes communs tels que :

  • les démangeaisons vaginales
  • le gonflement autour du vagin
  • les brûlures pendant la miction ou les relations sexuelles
  • la douleur pendant les rapports sexuels
  • l’endolorissement
  • la rougeur
  • l’éruption cutanée

Les pertes vaginales blanchâtres et agglutinantes sont un autre symptôme révélateur d’une mycose vaginale ou vulvaire. Certains soulignent que cette décharge ressemble à du fromage cottage. Parfois, l’écoulement peut aussi être aqueux.

Schéma représentant l'emplacement courant des mycoses de type vaginale
Schéma représentant l’emplacement courant des mycoses de type vaginale

Habituellement, la durée pendant laquelle votre infection fongique n’est pas traitée a un impact direct sur la gravité des symptômes liés à votre mycose vaginale.

Quelles sont les causes des mycoses vaginales ?

Le champignon Candida est un micro-organisme naturel qui se développe dans la région vaginale. La bactérie Lactobacillus freine sa croissance.

Mais s’il y a un déséquilibre dans votre système, ces bactéries ne fonctionneront pas efficacement. Cela conduit à une surcroissance de mycoses, ce qui provoque les symptômes des mycoses vaginales.

Plusieurs facteurs peuvent causer une infection fongique, notamment :

  • les antibiotiques : ils diminuent la quantité de Lactobacilles (« bonnes bactéries ») dans le vagin
  • la grossesse
  • le diabète non contrôlé
  • le système immunitaire faible
  • les mauvaises habitudes alimentaires, y compris beaucoup d’aliments sucrés
  • le déséquilibre hormonal près de votre cycle menstruel
  • le manque de sommeil

Un type spécifique de mycose, appelé Candida albicans, cause la plupart des infections fongiques. Ces infections fongiques peuvent être facilement soignées.

Si vous avez des infections fongiques récurrentes ou des problèmes pour vous débarrasser d’une infection fongique, avec un traitement conventionnel, alors, une version différente de Candida pourrait en être la cause. Un test de laboratoire peut identifier le type de Candida que vous avez.

Comment diagnostique-t-on les mycoses vaginales ou mycoses vulvaires ?

Les infections fongiques sont simples à diagnostiquer. Votre médecin vous posera des questions sur vos antécédents médicaux. Cela inclut si vous avez déjà eu des infections fongiques auparavant. Ils peuvent aussi vous demander si vous avez déjà contracté une IST.

L’étape suivante est un examen pelvien. Votre médecin examinera vos parois vaginales et votre col de l’utérus. Il examinera également la zone environnante à la recherche de signes externes d’infection en lien aux mycoses vaginales.

Selon ce que votre médecin constate, la prochaine étape peut être de prélever des cellules de votre vagin. Ces cellules seront soumises à un examen en laboratoire. Les tests de laboratoire sont habituellement commandés pour les femmes qui ont des infections fongiques sur une base régulière, ou pour les infections qui ne disparaissent pas.

Quel traitement pour une mycose vaginale ?

Chaque infection fongique étant différente, votre médecin vous suggérera le traitement qui vous convient le mieux. Les traitements sont généralement déterminés en fonction de la gravité de vos symptômes.

Infections fongiques simples

Pour les infections fongiques simples, votre médecin vous prescrira habituellement un traitement d’1 à 3 jours avec une crème antifongique, un onguent, un comprimé ou un suppositoire. Ces médicaments peuvent être prescrits sur ordonnance ou en vente libre. Au delà des médicaments, il existe également une méthode naturelle alternative toute aussi efficace pour se débarrasser durablement de ce type de mycose. 

Les médicaments courants pour le traitement d’une mycose vulvaire comprennent :

  • le butoconazole (Gynazole)
  • le clotrimazole (Lotrimin)
  • le miconazole (Monistat)
  • le terconazole (Terazol)
  • le fluconazole (Diflucan)

Les femmes souffrant d’infections fongiques simples devraient consulter leur médecin pour s’assurer que le médicament a fonctionné.

Vous aurez également besoin d’une visite de suivi si vos symptômes réapparaissent dans les deux mois.

Si vous reconnaissez que vous avez une infection fongique, vous pouvez aussi vous conformer à un traitement à la maison avec des produits en vente libre.

Infections compliquées

Votre médecin traitera probablement votre infection fongique, comme s’il s’agissait d’un cas grave ou compliqué, si :

  • vous avez une rougeur, un gonflement et des démangeaisons qui entraînent des plaies ou des déchirures dans les tissus vaginaux ;
  • vous avez contracté plus de quatre infections fongiques en un an ;
  • vous avez une infection causée par Candida, autre que le Candida albicans ;
  • vous êtes enceinte ;
  • vous avez un diabète non contrôlé ou un système immunitaire affaibli par les médicaments ;
  • vous êtes séropositifs au VIH.

Les traitements possibles pour les infections fongiques graves ou compliquées comprennent :

  • la crème de 14 jours, onguent, comprimé ou suppositoire traitement vaginal
  • deux ou trois doses de fluconazole (Diflucan)
  • la prescription à long terme de fluconazole (Diflucan), une fois par semaine pendant six semaines, ou utilisation à long terme d’un antifongique topique.

Si votre mycose vaginale est récurrente, vous voudrez aussi voir si votre partenaire sexuel a peut-être une infection fongique. N’oubliez pas d’utiliser des préservatifs lorsque vous avez des rapports sexuels, si vous soupçonnez que l’un d’entre vous a une infection fongique.

Quels sont les traitements naturels et alternatifs disponibles ?

Vous pouvez essayer de traiter les mycoses vaginales avec des remèdes naturels si vous souhaitez éviter de prendre des médicaments sur ordonnance. Mais ceux-ci ne sont pas aussi efficaces ou fiables que des médicaments prescrits. Les quelques remèdes naturels populaires comprennent :

  • l’huile de coco
  • la crème à l’huile d’arbre à thé
  • l’ail
  • les suppositoires vaginaux à l’acide borique
  • le yaourt nature, pris par voie orale ou inséré dans le vagin

Assurez-vous que vos mains sont toujours propres avant d’appliquer des crèmes ou des huiles sur votre vagin.

Vous pouvez également consulter un médecin avant d’essayer des remèdes naturels. C’est important parce que :

Si vos symptômes sont dus à autre chose qu’une simple infection fongique, votre médecin peut vous aider à diagnostiquer votre état.

Certaines herbes peuvent interagir avec les médicaments que vous prenez, ou peuvent causer d’autres effets secondaires involontaires.

Comment prévenir les mycoses vaginales ?

À faire

  • manger un régime alimentaire équilibré
  • manger du yaourt, ou prendre des suppléments avec des lactobacilles
  • porter des fibres naturelles comme le coton, le lin ou la soie
  • laver les sous-vêtements à l’eau chaude
  • remplacer fréquemment les produits féminins

À éviter

  • porter des pantalons serrés, des collants ou des jambières
  • utiliser un déodorant féminin ou des tampons ou coussinets parfumés
  • s’asseoir sur des vêtements mouillés, en particulier les maillots de bain
  • s’asseoir dans un bain-tourbillon ou prendre fréquemment des bains chauds
  • prendre une douche vaginale

Souvent, vous savez probablement ce qui a causé votre infection fongique. Par exemple, certaines femmes souffrent de ces infections chaque fois qu’elles prennent des antibiotiques.

En reconnaissant vos propres facteurs de risque, vous pouvez prévenir les infections futures.

Qu’est-ce qu’une mycose des ongles ?

L’onychomycose, aussi appelée tinea unguium, est une infection fongique qui affecte les ongles des doigts ou des orteils. Les infections fongiques se développent normalement au fil du temps, de sorte que toute différence immédiate, dans l’apparence ou la sensation de vos ongles, peut être trop subtile pour être remarquée au début.

Pourquoi se développe-t-elle ?

Une infection fongique des ongles, ou mycose des ongles, résulte de la prolifération de champignons dans, sous ou sur les ongles. Les champignons prospèrent dans des environnements chauds et humides, de sorte que ce type d’environnement entraîne une surpopulation naturelle. Les mêmes champignons, qui causent les démangeaisons de l’athlète, ou mycose des pieds, et la teigne, peuvent causer des infections aux ongles.

Les champignons qui sont déjà présents, dans ou sur votre corps, peuvent causer des infections aux ongles. Si vous avez été en contact avec une personne touchée par une mycose des ongles, il se peut que le champignon vous atteigne également. Selon l’American Academy of Dermatology (AAD), les infections fongiques affectent les ongles des orteils, plus fréquemment que les ongles des doigts, car vos orteils sont généralement confinés dans vos chaussures, où ils se trouvent à l’intérieur d’un environnement chaud et humide.

Si vous vous faites réaliser une manucure ou une pédicure dans un salon de soins, assurez-vous de demander comment le personnel désinfecte ses outils, et à quelle fréquence il le fait. Les outils, comme les planches à émeri et les coupe-ongles, peuvent propager les mycoses des ongles d’une personne à une autre, si elles ne sont pas désinfectées.

Reconnaître les personnes à risque face aux infections fongiques

Il existe de nombreuses causes à l’origine des mycoses des ongles, et chacune a son propre traitement. Bien que de nombreuses causes d’une infection fongique des ongles soient évitables, certains facteurs de risque augmentent la probabilité de la développer. Vous êtes plus susceptible de développer une infection fongique des ongles si vous :

  • êtes atteint de diabète
  • avez une maladie qui cause une mauvaise circulation sanguine
  • êtes âgé de plus de 65 ans
  • portez des ongles artificiels
  • nagez dans une piscine publique
  • avez une blessure aux ongles
  • avez une lésion cutanée autour des ongles
  • avez des doigts ou des orteils humides pendant une longue période de temps
  • avez un système immunitaire affaibli
  • portez des chaussures fermées, comme des chaussures de tennis ou des bottes.

Les mycoses des ongles sont plus fréquentes chez les hommes que chez les femmes, et sont d’autant plus manifestes chez les adultes que chez les enfants. Si vous avez des membres de votre famille qui ont souvent ces types de mycoses des ongles, vous avez plus de chances d’en avoir aussi. Les adultes plus âgés sont les plus à risque de contracter des infections fongiques des ongles, parce qu’ils ont une circulation plus faible, et que leurs ongles poussent plus lentement, mais s’épaississent en vieillissant.

À quoi une mycose de l’ongle ressemble-t-elle ?

Une infection fongique peut affecter une partie des ongles, un ongle entier ou plusieurs ongles.

Voici a quoi peut ressembler une mycose des ongles
Voici a quoi peut ressembler une mycose des ongles

Au delà des médicaments, il existe également un traitement naturel alternatif et durable pour vous débarrasser des mycoses des ongles. Nous vous en parlons en détail dans cet article.

Signes visibles

Les signes visibles d’une mycose des ongles incluent :

  • un écaillage sous les ongles, ce qu’on appelle hyperkératose subunguale
  • des stries blanches ou jaunes sur les ongles, appelées onychomycose latérale
  • un coin émietté ou pointe des ongles, qui s’appelle onychomycose distale
  • des zones blanches écaillées à la surface des ongles, ce qui peuvent inclure des creux dans les ongles
  • l’apparition de taches jaunes au bas des ongles, qui s’appellent onychomycose proximale
  • perte des ongles.

Signes communs

Les signes courants d’une infection fongique des ongles incluent :

  • des ongles déformés qui peuvent se détacher de leur lit
  • une odeur provenant de ou des ongles infectés
  • un ongle cassant ou épaissi

Comment savoir si j’ai une infection fongique ou une mycose des ongles ?

Puisque d’autres infections peuvent affecter les ongles, et imiter les symptômes d’une infection fongique des ongles, la seule façon de confirmer un diagnostic est de consulter un médecin. Il prendra un grattage des ongles et regardera sous un microscope pour voir s’il y a des signes de présence d’un champignon. Dans certains cas, il se peut que votre médecin doive envoyer l’échantillon dans un laboratoire pour analyse et identification.

Comment traite-t-on une infection fongique des ongles ?

Les produits en vente libre ne sont généralement pas recommandés pour traiter les mycoses des ongles parce qu’ils ne fournissent pas de résultats fiables. Au lieu de cela, votre médecin peut vous prescrire un médicament antifongique oral, tel que :

  • la terbinafine (Lamisil)
  • l’itraconazole (Sporanox)
  • le fluconazole (Diflucan)
  • la griséofulvine (Gris-Peg)

Vous pouvez utiliser d’autres traitements antifongiques, comme le vernis à ongles antifongique ou des solutions topiques. Ces traitements sont appliqués sur les ongles, de la même manière que vous mettiez du vernis à ongles. Selon le type de champignon responsable de l’infection et l’étendue de la mycose de l’ongle, il se peut que vous deviez utiliser ces médicaments pendant plusieurs mois. Les solutions topiques ne sont généralement pas efficaces pour guérir les infections fongiques des ongles d’orteil.

Le traitement n’est pas garanti pour débarrasser complètement votre corps de l’infection fongique. Dans presque la moitié des cas, l’infection fongique des ongles réapparaîtra. Des complications dues à une infection fongique sont également possibles.

Conseils pour prévenir les mycoses des ongles

Faire quelques changements simples de style de vie peut aider à prévenir une infection fongique des ongles. Prendre soin de vos ongles, en les gardant bien taillés et propres, est un bon moyen pour prévenir les infections. Vous devriez également éviter de blesser la peau autour de vos ongles. Si vous avez les mains humides ou mouillées, pendant une période prolongée, vous pouvez porter des gants de caoutchouc.

D’autres moyens pour prévenir les infections fongiques des ongles incluent :

  • l’utilisation régulière de sprays ou de poudres antifongiques
  • le nettoyage des mains après avoir touché des ongles infectés
  • l’assèchement des pieds après la douche, surtout entre les orteils
  • les soins en manucure ou en pédicure dans des salons dignes de confiance
  • l’utilisation de vos propres articles pour les manucures ou pédicures
  • le port de chaussettes qui minimisent l’humidité
  • le port de chaussures dans les lieux publics
  • la restriction de l’utilisation d’ongles artificiels et de vernis à ongles
  • les provisions pour des traitements antifongiques.

Perspectives à long terme

Pour certaines personnes, une mycose des ongles peut être difficile à guérir, et la première série de médicaments peut ne pas fonctionner. L’infection d’un ongle ne peut être considérée comme guérie tant qu’un nouvel ongle exempt d’infection n’a pas poussé. Bien que cela indique que l’ongle n’est plus infecté, il est possible que l’infection fongique revienne. Dans les cas graves, il peut y avoir des dommages permanents envers vos ongles, et il peut être nécessaire de les enlever.

Les principales complications d’une mycose des ongles sont :

  • une résurgence de l’infection
  • une perte permanente de l’ongle affecté
  • une décoloration de l’ongle affecté
  • la propagation de l’infection à d’autres parties du corps, et éventuellement vers la circulation sanguine
  • le développement d’une infection bactérienne de la peau, appelée cellulite.

Il est particulièrement important de consulter votre médecin si vous avez le diabète et une mycose des ongles. Les personnes atteintes de diabète courent un plus grand risque de développer des complications, potentiellement graves, causées par ces infections. Parlez à votre médecin si vous pensez que vous développez une mycose des ongles et que vous avez le diabète.

À faire

  • traiter la mycose du pied infecté le plus tôt possible pour éviter la propagation vers les ongles
  • garder les pieds propres et secs
  • porter des chaussettes propres tous les jours
  • porter des tongs dans les douches, au gymnase ou à la piscine.
  • jeter les vieilles chaussures

À éviter

  • porter des chaussures qui rendent les pieds chauds et transpirants
  • partager les serviettes
  • porter les chaussures d’autres personnes
  • partager des coupe-ongles ou des ciseaux

Les autres types de mycoses

La mycose du pénis

Une mycose est souvent considérée comme un problème de santé féminine, mais elle peut toucher n’importe qui, y compris les hommes. Une mycose du pénis, si elle n’est pas traitée, peut entraîner un large éventail de symptômes douloureux, inconfortables et potentiellement embarrassants. Elle peut également entraîner de graves complications si l’infection se propage dans votre circulation sanguine.

Les médicaments en vente libre (sans ordonnance) peuvent souvent éliminer une mycose du pénis, et certaines mesures de prévention de base peuvent vous aider à éviter cette affection assez courante.

La mycose buccale

La mycose buccale se produit lorsqu’une infection fongique se développe à l’intérieur de la bouche et sur la langue. Cette condition est également connue sous le nom de « candidose orale », de « candidose oropharyngée », ou tout simplement de mycose.

Le champignon Candida albicans (C. albicans) provoque la mycose buccale. Une petite quantité de ce champignon vit normalement dans votre bouche sans causer de dommages. Cependant, lorsque le champignon commence à se développer de façon incontrôlée, une infection peut se développer dans votre bouche.

La mycose buccale survient le plus souvent chez les nourrissons et les tout-petits. Elle provoque la formation de bosses blanches sur les joues et la langue. Ces croissances disparaissent habituellement une fois que le traitement est reçu.

La mycose buccale est généralement légère et cause rarement des complications. Cependant, la condition peut être problématique pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

La mycose de l’anus

Les mycoses anales, ou démangeaisons anales (appelées médicalement pruritis ani), sont une irritation de la peau, à l’ouverture du canal anal, par lequel les selles sortent du corps et provoquent des démangeaisons. La peau qui entoure l’ouverture est connue sous le nom d’anus. Les démangeaisons s’accompagnent du désir de se gratter. Bien que les démangeaisons puissent être une réaction aux produits chimiques présents dans les selles, cela implique souvent qu’il y a une inflammation de la région anale.

L’intensité des démangeaisons anales et la quantité d’inflammation augmentent avec le traumatisme direct du grattage ainsi que la présence d’humidité. Dans sa forme la plus intense, les démangeaisons anales causent un inconfort intolérable que l’on décrit souvent comme une sensation de brûlure et de douleur.

La mycose des pieds

La mycose des pieds, également connue sous le terme de « pied d’athlète », est une affection dermatologique courante. Celle-ci est entraînée par le développement d’un champignon de taille microscopique sur la peau, appelé « dermatophyte ». La mycose des pieds est l’infection fongique la plus répandue chez l’adulte.

Le diabète constitue un facteur qui aggrave considérablement les lésions cutanéomuqueuses. Les personnes diabétiques figurent parmi celles qui sont les plus touchées par cette mycose des pieds.

Souvent associé à la mycose des ongles, le développement de la mycose des pieds est particulièrement fréquent entre les orteils et au niveau des ongles. Environ 30 % des personnes qui présentent une mycose des pieds ont aussi une mycose des ongles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *