Traitement dépression : comment fonctionnent les antidépresseurs ?

Traitement dépression : comment fonctionnent les antidépresseurs ?
4.2 (83.33%) 6 votes

Qu’est ce que la dépression ?

Sommaire

Tristesse, déprime, perte d’intérêt ou de plaisir dans les activités quotidiennes sont des symptômes que nous connaissons tous. Mais, s’ils persistent et affectent notre vie de façon substantielle, il peut s’agir d’une dépression.

Selon l’OMS , 7,6 % des personnes âgées de plus de 12 ans souffrent de dépression au cours d’une période de deux semaines. Cela est substantiel et montre l’ampleur de la question.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la dépression est la maladie la plus répandue dans le monde et la principale cause d’invalidité. Ils estiment que 350 millions de personnes sont touchées par la dépression, à l’échelle mondiale.

Ce qu’il faut savoir sur la dépression :

  • La dépression semble être plus fréquente chez les femmes que chez les hommes.
  • Les symptômes comprennent le manque de joie et le manque d’intérêt pour les choses qui avaient l’habitude d’apporter le bonheur à une personne.
  • Les événements de la vie, comme le deuil, produisent des changements d’humeur que l’on peut habituellement distinguer des caractéristiques de la dépression.
  • Les causes de la dépression ne sont pas entièrement comprises, mais il est probable qu’il s’agisse d’une combinaison complexe de facteurs génétiques, biologiques, environnementaux et psychosociaux.

Qu’est ce qu’un traitement antidépresseur ?

L'antidépresseur est le traitement le plus couramment prescrit pour soigner la dépression
L’antidépresseur est le traitement le plus couramment prescrit pour soigner la dépression

Les antidépresseurs sont des médicaments qui peuvent aider à soulager les symptômes de dépression, de troubles d’anxiété sociale, de troubles anxieux, de troubles affectifs saisonniers, de dysthymie ou de dépression chronique légère, ainsi que d’autres affections.
Ils visent à corriger les déséquilibres chimiques des neurotransmetteurs du cerveau que l’on croit responsables des changements d’humeur et de comportement.

Les antidépresseurs ont été mis au point dans les années 1950 et leur utilisation s’est progressivement répandue au cours des 20 dernières années.

Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), le pourcentage de personnes âgées de 12 ans et plus utilisant des antidépresseurs aux États-Unis est passé de 7,7 % en 1999-2002 à 12,7 % en 2011-2014. Environ deux fois plus de femmes que d’hommes utilisent des antidépresseurs.

Les différents types d’antidépresseurs

Les antidépresseurs peuvent être divisés en cinq types principaux :

  • ISRSN (Inhibiteurs du recaptage de la sérotonine et de la noradrénaline)
  • ISRS (Inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine)

Les inhibiteurs du recaptage de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN) sont utilisés pour traiter la dépression majeure, les troubles de l’humeur et peut-être, mais moins souvent, le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH), le trouble obsessionnel-compulsif (TOC), les troubles anxieux, les symptômes de la ménopause, la fibromyalgie et la douleur neuropathique chronique.

Les IRSN augmentent les niveaux de sérotonine et de noradrénaline, deux neurotransmetteurs du cerveau qui jouent un rôle clé dans la stabilisation de l’humeur.

Par exemple, les médicaments antidépresseurs suivants sont des IRSN :

  • la duloxétine (Cymbalta)
  • la venlafaxine (Effexor)
  • la desvenlafaxine (Pristiq).

Les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) sont les antidépresseurs les plus couramment prescrits. Ils sont efficaces dans le traitement de la dépression et ont moins d’effets secondaires que les autres antidépresseurs.

Les ISRS bloquent le recaptage ou l’absorption de la sérotonine dans le cerveau. Il est ainsi plus facile pour les cellules du cerveau de recevoir et d’envoyer des messages, ce qui se traduit par des humeurs meilleures et plus stables.

Ils sont dits « sélectifs » parce qu’ils semblent affecter principalement la sérotonine, et non les autres neurotransmetteurs.

Les antidépresseurs ISRS et les ISRSN peuvent avoir les effets secondaires suivants :

  • hypoglycémie, ou hypoglycémie, ou faible taux de sucre dans le sang
  • faible teneur en sodium
  • nausée
  • éruption cutanée
  • bouche sèche
  • constipation ou diarrhée
  • perte de poids
  • sudation
  • tremblement
  • sédation
  • dysfonction sexuelle
  • insomnie
  • casse-tête
  • vertige
  • anxiété et agitation
  • pensée anormale

Il a été rapporté que les personnes qui utilisent les ISRS et les ISRSN, en particulier celles de moins de 18 ans, peuvent avoir des pensées suicidaires, surtout lorsqu’elles commencent à utiliser les drogues.

Exemples : citalopram (Celexa), escitalopram (Lexapro), fluoxétine (Prozac, Sarafem), fluvoxamine (Luvox), paroxétine (Paxil) et sertraline (Zoloft).

Antidépresseurs tricycliques (TCA)

Les antidépresseurs tricycliques (ATC) sont ainsi nommés parce qu’il y a trois anneaux dans la structure chimique de ces médicaments. Ils sont utilisés pour traiter la dépression, la fibromyalgie, certains types d’anxiété et ils peuvent aider à contrôler la douleur chronique.

Les antidépresseurs tricycliques peuvent avoir les effets secondaires suivants :

  • insomnie
  • anxiété
  • arythmie ou rythme cardiaque irrégulier
  • hypertension
  • éruption cutanée
  • nausées et vomissements
  • crampes abdominales
  • perte de poids
  • constipation
  • rétention urinaire
  • pression accrue sur l’œil
  • dysfonction sexuelle

Exemples : amitriptyline (Elavil), amoxapine-clomipramine (Anafranil), desipramine (Norpramin), doxépine (Sinequan), imipramine (Tofranil), nortriptyline (Pamelor), protriptyline (Vivactil) et trimipramine (Surmontil).

Inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO)

Ce type d’antidépresseur était couramment prescrit avant l’introduction des ISRS et des ISRSN.

Il inhibe l’action de la monoamine oxydase, une enzyme du cerveau. La monoamine oxydase aide à décomposer les neurotransmetteurs, comme la sérotonine.

Si moins de sérotonine est décomposée, il y aura plus de sérotonine circulante. En théorie, cela conduit à des humeurs plus stabilisées et moins d’anxiété.

Les médecins utilisent maintenant les IMAO si les ISRS n’ont pas fonctionné. Les IMAO sont généralement sauvegardés pour les cas où d’autres antidépresseurs n’ont pas fonctionné parce que les IMAO interagissent avec plusieurs autres médicaments et certains aliments.

Les effets secondaires comprennent :

  • vision floue
  • éruption cutanée
  • œdème
  • perte de poids ou gain de poids
  • dysfonction sexuelle
  • diarrhée, nausées et constipation
  • anxiété
  • insomnie et somnolence
  • casse-tête
  • vertige
  • arythmie ou rythme cardiaque irrégulier
  • évanouissement ou sentiment d’évanouissement lorsque vous vous levez.
  • l’hypertension, ou l’hypertension artérielle

Des exemples d’IMAO comprennent la phénelzine (Nardil), la tranylcypromine (Parnate), l’isocarboxazide (Marplan) et la sélégiline (EMSAM, Eldepryl).

Noradrénaline et antidépresseurs sérotoninergiques spécifiques (NASSA)

Ils sont utilisés pour traiter les troubles anxieux, certains troubles de la personnalité et la dépression.

Les effets secondaires possibles de ces traitements antidépresseurs comprennent :

  • constipation
  • bouche sèche
  • prise de poids
  • somnolence et sédation
  • vision floue
  • vertige
  • Les réactions indésirables plus graves comprennent les convulsions, la réduction des globules blancs, l’évanouissement et les réactions allergiques.

Mianserin (Tolvon) et Mirtazapine (Remeron, Avanza, Zispin) en sont des exemples.

Comment fonctionnent les antidépresseurs ?

Cette vidéo YouTube de Paul Bogdan explique le fonctionnement des antidépresseurs. (en anglais)

Effets secondaires des antidépresseurs

Tout effet secondaire se produira probablement au cours des deux premières semaines, puis s’estompera graduellement.

Les effets communs sont la nausée et l’anxiété, mais cela dépendra du type de médicament utilisé, tel que mentionné ci-dessus.

Si les effets secondaires sont très désagréables ou s’ils incluent des pensées suicidaires, le médecin doit en être informé immédiatement.

De plus, la recherche a établi un lien entre les effets indésirables suivants et l’utilisation d’antidépresseurs, en particulier chez les enfants et les adolescents.

Élévation excessive de l’humeur et activation du comportement

Cela peut inclure la manie ou l’hypomanie. Il est à noter que les antidépresseurs ne causent pas le trouble bipolaire, mais ils peuvent démasquer une condition qui ne s’est pas encore révélée.

Pensées suicidaires

Quelques rapports font état d’un risque plus élevé d’avoir des pensées suicidaires lors de la première utilisation d’antidépresseurs.

Cela peut être dû aux médicaments ou à d’autres facteurs, comme le temps nécessaire pour que le médicament agisse, ou peut-être un trouble bipolaire non diagnostiqué qui peut nécessiter une approche différente du traitement.

La FDA exige que les antidépresseurs portent une boîte noire d’avertissement de cet effet possible.

Symptômes de sevrage

Contrairement à certains médicaments, il n’est pas nécessaire d’augmenter la dose pour obtenir le même effet avec les antidépresseurs. En ce sens, ils ne créent pas de dépendance.

Lorsque vous cessez d’utiliser un antidépresseur, vous n’éprouverez pas le même type de symptômes de sevrage qui se produisent, par exemple, lorsque vous cessez de fumer.

Cependant, près d’une personne sur trois qui a utilisé des ISRS et des ISRSN signale certains symptômes de sevrage après l’arrêt du traitement.

Les symptômes ont duré de 2 semaines à 2 mois et inclus :

  • anxiété
  • vertige
  • cauchemars ou rêves éclatants
  • sensations de choc électrique dans le corps.
  • symptômes pseudo-grippaux
  • douleur abdominale
  • Dans la plupart des cas, les symptômes étaient légers. Les cas graves sont rares et sont plus probables après l’arrêt du Seroxat et de l’Effexor.

Les médecins devraient réduire graduellement la dose afin de minimiser le risque de symptômes de sevrage désagréables.

Utilisations : dans quel cas utiliser un traitement antidépresseur ?

Ces médicaments sont utilisés non seulement pour traiter la dépression, mais aussi pour d’autres affections.

Les utilisations primaires, ou approuvées, des antidépresseurs sont de traiter les pathologies suivantes :

  • agitation
  • les troubles obsessionnels compulsifs (TOC)
  • énurésie infantile, ou énurésie nocturne
  • dépression et trouble dépressif majeur
  • trouble d’anxiété généralisée
  • trouble bipolaire
  • le syndrome de stress post-traumatique (SSPT)
  • trouble d’anxiété sociale

Parfois, un médicament est utilisé « hors étiquette ». Cela signifie que l’utilisation n’est pas approuvée par la FDA, mais un médecin peut décider de l’utiliser car il peut s’agir d’un traitement efficace.

Les utilisations non indiquées sur l’étiquette des antidépresseurs comprennent :

  • insomnie
  • douleur
  • migraine

Des études suggèrent que 29 % des antidépresseurs sont utilisés à des fins non indiquées sur l’étiquette.

Efficacité des antidépresseurs pour soigner la dépression

Il faut parfois plusieurs semaines pour qu’une personne remarque les effets d’un antidépresseur. Beaucoup de gens cessent de les utiliser parce qu’ils croient que les médicaments ne fonctionnent pas.

Les raisons pour lesquelles les gens peuvent ne pas voir une amélioration incluent :

  • le médicament n’était pas adaptée à l’individu
  • ‘absence de surveillance de la part du prestataire de soins de santé
  • le besoin de thérapies supplémentaires, comme la thérapie cognitivo-comportementale (TCC).
  • l’oubli de prendre le médicament au bon moment
  • Le fait de rester en contact avec le médecin et de se rendre à des rendez-vous de suivi aide à améliorer les chances que le médicament fonctionne. Il se peut que la posologie ait besoin d’être modifiée ou qu’un autre médicament soit plus approprié.

Il est important de prendre l’antidépresseur selon les instructions, sinon il ne sera pas efficace.

La plupart des gens ne ressentent aucun bénéfice pendant la première ou la deuxième semaine. Le plein effet ne sera présent qu’après 1 ou 2 mois. La persévérance est vitale.

Combien de temps dure le traitement antidépresseur ?

Selon le Royal College of Psychiatry du Royaume-Uni, 5 à 6 personnes sur 10 connaîtront une amélioration significative après 3 mois.

Les personnes qui prennent des médicaments devraient continuer pendant au moins 6 mois après avoir commencé à se sentir mieux. Ceux qui arrêtent avant 8 mois d’utilisation peuvent voir un retour des symptômes.

Ceux qui ont eu une ou plusieurs récidives devraient continuer le traitement pendant au moins 24 mois.

Les personnes qui connaissent régulièrement des récidives de dépression peuvent avoir besoin d’utiliser le médicament pendant plusieurs années.

Toutefois, une revue de la littérature publiée en 2011 a révélé que l’utilisation à long terme d’antidépresseurs peut aggraver les symptômes chez certaines personnes, car elle peut entraîner des changements biochimiques dans l’organisme.

Antidépresseur et grossesse

Aux États-Unis, 8 % des femmes utilisent des antidépresseurs pendant la grossesse.

Un médecin vous aidera à peser le pour et le contre de la prise d’antidépresseurs pendant la grossesse.
L’utilisation des ISRS pendant la grossesse a été associée à un risque plus élevé de perte de grossesse, de naissance prématurée, de faible poids à la naissance et de malformations congénitales.

Les problèmes possibles pendant l’accouchement comprennent des saignements excessifs chez la mère.

Après la naissance, le nouveau-né peut éprouver des problèmes pulmonaires connus sous le nom d’hypertension pulmonaire persistante.

Une étude portant sur 69 448 grossesses a révélé que l’utilisation d’IRSN ou de TCA pendant la grossesse peut augmenter le risque d’hypertension ou d’hypertension induite par la grossesse, connue sous le nom de pré-éclampsie. Cependant, il n’est pas clair si cela est dû aux médicaments ou à la dépression.

Les résultats publiés dans le JAMA en 2006 suggèrent que près d’un nourrisson sur trois dont la mère a utilisé des antidépresseurs pendant la grossesse a souffert du syndrome d’abstinence néonatale. Les symptômes de sevrage comprenaient des troubles du sommeil, des tremblements et des pleurs aigus. Dans certains cas, les symptômes étaient graves.

Une étude en laboratoire a révélé que les rongeurs exposés au citalopram – un antidépresseur ISRS – juste avant et après la naissance présentaient des anomalies cérébrales et des comportements considérables.

Cependant, pour certaines femmes, le risque de continuer à prendre le médicament est plus faible que le risque d’arrêter, par exemple, si sa dépression pourrait déclencher une action qui pourrait nuire à elle-même ou à son enfant à naître.

Le médecin et le patient doivent discuter pleinement des avantages et des inconvénients potentiels de l’arrêt des antidépresseurs en ce moment.

Si possible, d’autres thérapies devraient être envisagées, comme la TCC cognitive, la méditation ou le yoga.

Allaitement maternel et traitement antidépresseur

De petites quantités de certains antidépresseurs pénètrent dans le lait maternel, par exemple, la sertraline et la nortriptyline.

Quelques semaines après la naissance, les nourrissons peuvent décomposer les ingrédients actifs du médicament dans le foie et les reins aussi efficacement que les adultes.

La décision d’utiliser des antidépresseurs à ce moment-ci impliquera plusieurs facteurs :

  • Le nourrisson est-il en bonne santé ?
  • Sont-ils nés prématurément ?
  • L’état de la mère se détériorera-t-il ?
  • La quantité d’ingrédients actifs qui entrera dans le lait maternel, selon le type de médicament.

Une étude, publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, a révélé que pour les femmes qui utilisent des antidépresseurs pendant la grossesse, il faut parfois plus de temps pour pouvoir allaiter.

Les chercheurs expliquent que les glandes mammaires sont régulées par la sérotonine, de sorte que leur capacité à produire du lait au bon moment est liée à la production et à la régulation de cette hormone.

Traitement dépression : les options alternatives

La TCC et d’autres types de counseling et de thérapie peuvent également aider à lutter contre la dépression.

L’Hypericum qui est fait à partir de l’herbe de millepertuis, a été montré pour aider certaines personnes souffrant de dépression. Il est disponible en vente libre sous forme de supplément.

Cependant, il ne devrait être pris qu’après en avoir parlé à un médecin, car il y a certains risques possibles.

Combiné à certains antidépresseurs, le millepertuis peut entraîner une augmentation potentiellement mortelle de la sérotonine.
Elle peut aggraver les symptômes du trouble bipolaire et de la schizophrénie. Une personne qui souffre ou pourrait souffrir d’une dépression bipolaire ne devrait pas utiliser le millepertuis.
Il pourrait réduire l’efficacité de certains médicaments d’ordonnance, y compris les pilules contraceptives, certains médicaments pour le cœur, la warfarine et certains traitements contre le VIH et le cancer.
Il est important d’informer votre médecin ou votre pharmacien si vous prévoyez prendre du millepertuis.

Certaines données appuient l’utilisation du millepertuis pour traiter la dépression, mais certaines études ont démontré qu’il n’est pas plus efficace qu’un placebo.

La luminothérapie

Les personnes qui souffrent de troubles affectifs saisonniers (TAS), ou  » blues de l’hiver « , peuvent bénéficier de la luminothérapie. Il s’agit de s’asseoir devant une boîte lumineuse dès le matin pendant 20 à 60 minutes.

Les suppléments de vitamine D peuvent ou non aider à traiter le TAS. Les preuves ne sont pas concluantes.

Régime alimentaire et exercice physique

Certaines études ont montré qu’une alimentation saine et équilibrée, beaucoup d’exercice et le fait de rester en contact avec la famille et les amis peuvent réduire le risque de dépression et de récidive.

La dépression est une maladie grave qui peut nécessiter un traitement médical. Toute personne qui éprouve les symptômes de la dépression devrait consulter un médecin.

Traitement dépression : recherche médicale et innovation

De nouvelles recherches démontrent l’efficacité de la kétamine pour traiter la dépression dans un modèle murin de la maladie et réunissent deux hypothèses sur la cause de la dépression. La recherche, dirigée par Bernhard Lüscher, professeur de biologie et de biochimie et de biologie moléculaire à la Penn State University, est publiée en ligne dans la revue Biological Psychiatry.

Traitement dépression : bientôt de nouveaux médicaments plus efficaces et avec moins d'effets secondaires ?
Traitement dépression : bientôt de nouveaux médicaments plus efficaces et avec moins d’effets secondaires ?

« La dépression est le deuxième problème de santé le plus coûteux auquel nous sommes confrontés dans le monde entier, mais ce fait n’est pas très bien connu parce que la dépression est stigmatisée et que les gens n’aiment pas en parler « , a déclaré M. Lüscher. « Environ 17 % des Américains seront traités pour dépression à un moment donné de leur vie, mais les options de traitement sont limitées et environ un tiers des patients ne répondent pas à ces traitements.

Lüscher et ses collègues ont créé un modèle de souris pour la dépression en introduisant une mutation dans un gène qui code pour l’une des sous-unités d’un récepteur du GABA – la deuxième substance chimique la plus abondante utilisée par les cellules nerveuses du cerveau pour communiquer. GABA fonctionne principalement pour réduire l’activité des cellules nerveuses. La mutation des récepteurs entraîne une réduction de la signalisation GABA d’environ 15 à 20 % et imite la réduction de la signalisation GABA observée chez les patients souffrant de dépression. Les souris qui ont la mutation présentent des caractéristiques associées à la dépression, comme une diminution de la recherche de plaisir, et elles redeviennent normales après un traitement avec des antidépresseurs.

« Vous pouvez penser que GABA agit comme les freins d’une voiture – sa fonction est de ralentir l’activité des cellules nerveuses « , a déclaré M. Lüscher. « Sa contrepartie est le glutamate, un autre produit chimique de signalisation dans le cerveau qui agit comme accélérateur de l’activité des cellules nerveuses. Lorsque nous avons réduit la fonction du GABA chez nos souris, nous avons été surpris de voir que le niveau de glutamate était également réduit. Ce résultat suggère que le cerveau a des mécanismes qui maintiennent un équilibre entre les freins et l’accélérateur pour empêcher l’activité cérébrale de devenir incontrôlable, un état que nous appelons homéostasie ».

Les chercheurs ont traité les souris avec de faibles doses de kétamine, un antidépresseur expérimental connu pour agir en bloquant de façon transitoire une classe importante de récepteurs du glutamate dans les cellules nerveuses.

« Le traitement à la kétamine a non seulement normalisé le comportement et ramené les niveaux des récepteurs du glutamate à la normale chez nos souris, mais la fonction GABA a également été rétablie « , a déclaré M. Lüscher.

Il est important de noter que les effets de la kétamine n’ont été observés que chez les souris présentant une mutation des récepteurs, là où la signalisation nerveuse était défectueuse, et non chez les souris normales.

« Nos résultats rassemblent l’hypothèse que la dépression résulte de déficits dans la signalisation GABA et l’hypothèse que la dépression résulte de déficits dans la signalisation du glutamate. Nous avons montré que le comportement dépressif de nos souris résulte de la réduction de la GABA et du glutamate, et surtout, que les deux peuvent être restaurés avec une seule dose de kétamine ».

Les chercheurs prévoient utiliser leur modèle de souris pour mieux comprendre le fonctionnement de la kétamine afin de mettre au point des solutions de rechange plus sûres.

« La kétamine présente de nombreux avantages par rapport aux antidépresseurs actuellement utilisés « , a déclaré M. Lüscher. « Il agit rapidement et a des effets à long terme, mais il crée une dépendance et peut provoquer une psychose, alors nous espérons utiliser notre modèle pour mieux comprendre le fonctionnement biochimique de la kétamine. Nous pouvons alors commencer à développer des médicaments semblables à la kétamine sans les effets secondaires indésirables. »

En plus de Luscher, l’équipe de recherche comprend Zhen Ren, Sarah J. Jefferson, Matthew Shorey et Thomas Fuchs à Penn State et Horia Pribiag et David Stellwagen à l’Université McGill à Montréal, Canada.

La recherche a été appuyée par les National Institutes of Mental Health (numéros de subvention MH089111 et MH099851), les Instituts de recherche en santé du Canada et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *