Coloscopie : préparation & guide santé complet sur cet examen médical

Coloscopie : préparation & guide santé complet sur cet examen médical
5 (100%) 1 vote

Coloscopie : définition & déroulement de l’examen

La coloscopie est une procédure qui permet à un examinateur (habituellement un gastroentérologue) d’évaluer l’intérieur du côlon (gros intestin ou gros intestin). Le colonoscope est un tube flexible de quatre pieds de long, de l’épaisseur d’un doigt avec une caméra et une source de lumière à son extrémité. L’extrémité du coloscope est insérée dans l’anus, puis avancée lentement, sous contrôle visuel, dans le rectum et à travers le côlon, généralement jusqu’au cæcum, qui est la première partie du côlon.

La coloscopie est effectuée par un médecin expérimenté dans l’intervention et dure environ 30 à 60 minutes. Des médicaments seront administrés dans votre veine pour que vous vous sentiez détendu et somnolent. On vous demandera de vous allonger sur le côté gauche sur la table d’examen. Au cours d’une coloscopie, le médecin utilise un coloscope, un instrument tubulaire long et flexible d’environ 1/2 pouce de diamètre qui transmet une image de la paroi du côlon afin que le médecin puisse l’examiner pour déceler toute anomalie. Le colonoscope est inséré dans le rectum et avancé à l’autre extrémité du gros intestin.

La lunette se plie, de sorte que le médecin peut la déplacer autour des courbes de votre côlon. On vous demandera peut-être de changer de position à l’occasion pour aider le médecin à déplacer l’endoscope. La lunette de visée souffle également de l’air dans votre côlon, ce qui dilate le côlon et aide le médecin à voir plus clairement.

Vous pouvez ressentir de légères crampes pendant l’intervention. Vous pouvez réduire les crampes en prenant plusieurs respirations lentes et profondes pendant l’intervention. Lorsque le médecin a terminé, le colonoscope est lentement retiré tandis que la paroi de votre intestin est examinée avec soin.

Pendant la coloscopie, si le médecin voit quelque chose qui peut être anormal, de petites quantités de tissus peuvent être prélevées pour analyse (appelée biopsie), et les croissances anormales, ou polypes, peuvent être identifiées et enlevées. Dans de nombreux cas, la coloscopie permet un diagnostic et un traitement précis sans qu’une intervention chirurgicale majeure ne soit nécessaire.

Qu’est-ce que la coloscopie virtuelle ?

Une alternative à la coloscopie est la coloscopie virtuelle. La coloscopie virtuelle est une technique qui utilise la tomodensitométrie pour obtenir des images du côlon qui sont similaires aux vues du côlon obtenues par observation directe par coloscopie. Les images sont construites à l’aide des images CT de sorte qu’elles ne représentent pas des images vraies. Ce sont des images virtuelles.

La coloscopie virtuelle est une alternative à la coloscopie classique
La coloscopie virtuelle est une alternative à la coloscopie classique

En préparation à la coloscopie virtuelle, la veille de l’examen, le côlon est nettoyé à l’aide de laxatifs. Pendant l’examen, un tube est inséré dans l’anus et sert à injecter de l’air dans le côlon. Les tomodensitogrammes sont ensuite effectués avec le côlon gonflé, et les scans sont analysés et manipulés pour former une image virtuelle du côlon. Lorsqu’elle est correctement réalisée, la coloscopie virtuelle peut être efficace. Il peut même trouver des polypes « cachés » derrière des plis qui sont parfois manqués par la coloscopie.

Néanmoins, la coloscopie virtuelle a plusieurs limites.

  • La coloscopie virtuelle a de la difficulté à identifier les petits polypes (de moins de 5 mm) qui sont facilement visibles à la coloscopie.
  • La coloscopie virtuelle a beaucoup de difficulté à identifier les cancers plats ou les lésions prémalignes qui ne sont pas protubérantes, c’est-à-dire qui ne ressemblent pas à des polypes.
  • La coloscopie virtuelle ne permet pas l’ablation des polypes trouvés. Trente à quarante pour cent des gens ont des polypes du côlon. Si les polypes sont trouvés par coloscopie virtuelle, alors la coloscopie doit être faite pour enlever les polypes. Par conséquent, de nombreuses personnes ayant une coloscopie virtuelle devront subir une deuxième intervention, la coloscopie.
  • La coloscopie virtuelle expose les individus à une quantité modérée de rayonnement.
  • La coloscopie virtuelle ne permet pas d’utiliser les nouvelles techniques mises au point pour différencier les lésions anormales qui doivent être biopsidées ou enlevées de celles qui ne le sont pas.
  • En raison de ces limites, la coloscopie virtuelle n’a pas remplacé la coloscopie comme principal outil de dépistage pour les personnes à risque accru de polypes ou de cancer du côlon. Il s’agit actuellement d’une option pour les personnes à risque normal de polypes et de cancer du côlon qui ne peuvent pas subir ou ne subiront pas de coloscopie.

Pourquoi fait-on une coloscopie ?

La coloscopie peut être effectuée pour diverses raisons. La grande majorité des coloscopies sont effectuées dans le cadre de programmes de dépistage du cancer du côlon. Lorsqu’il est fait pour d’autres raisons, il est le plus souvent fait pour rechercher la cause du sang dans les selles, des douleurs abdominales, de la diarrhée, un changement dans les habitudes intestinales, ou une anomalie trouvée sur les radiographies du côlon ou une tomodensitométrie axiale informatisée (TDM).

Les personnes ayant des antécédents de polypes ou de cancer du côlon et certaines personnes ayant des antécédents familiaux de certains types de cancers non coliques ou de problèmes coliques qui peuvent être associés au cancer du côlon (comme la colite ulcéreuse et les polypes coliques) peuvent être avisées de subir des coloscopies périodiques parce que leurs risques de polypes ou de cancer du côlon sont plus élevés.

La fréquence à laquelle on doit subir une coloscopie dépend du degré de risque et des anomalies trouvées lors des coloscopies précédentes. Une recommandation largement acceptée a été que même les personnes en bonne santé à risque normal de cancer du côlon devraient subir une coloscopie à l’âge de 50 ans et tous les 10 ans par la suite, dans le but d’enlever les polypes du côlon avant qu’ils ne deviennent cancéreux.

Préparation coloscopie : que dois-je faire avant une coloscopie ?

Avant une coloscopie, informez votre médecin de toute condition médicale spéciale dont vous souffrez, y compris les suivantes :

  • Grossesse
  • Affections pulmonaires
  • Affections cardiaques
  • Allergies à tout médicament

Si vous êtes diabétique ou si vous prenez des médicaments qui peuvent affecter la coagulation sanguine, des ajustements à ces médicaments peuvent être nécessaires avant la coloscopie.
Ne cessez jamais de prendre un médicament sans d’abord consulter votre médecin.

Il se peut que vous ayez besoin de prendre des antibiotiques avant la coloscopie :

  • Avoir une valve cardiaque artificielle
  • Vous a-t-on déjà dit que vous devez prendre des antibiotiques avant une intervention dentaire ou chirurgicale ?

Comment me préparer à une coloscopie ?

Pour que l’intervention soit complète et précise, le côlon doit être complètement nettoyé et il existe plusieurs préparations différentes pour la coloscopie. Les patients reçoivent des instructions détaillées sur la préparation du nettoyage. En général, cela consiste à boire un grand volume d’une solution nettoyante spéciale ou plusieurs jours d’un régime liquide clair et des laxatifs ou des lavements avant l’examen. Ces instructions doivent être suivies exactement comme prescrit ou la procédure peut être insatisfaisante (la visualisation de la paroi du côlon peut être obscurcie par les selles résiduelles), et il peut être nécessaire de la répéter, ou un autre test moins précis peut être effectué à sa place.

Des instructions peuvent également être données pour éviter certains aliments pendant quelques jours avant l’intervention, comme les aliments filandreux, les aliments contenant des graines ou la gelée rouge.

Il se peut qu’il y ait des restrictions de régime alimentaire ou de liquides avant une coloscopie, mais cela variera selon les instructions de votre médecin. On vous demandera peut-être de limiter ou d’éliminer les aliments solides pendant quelques jours avant le test. On vous demandera peut-être aussi de prendre des laxatifs par voie orale. En plus des changements alimentaires, votre intestin doit être nettoyé davantage pour que la coloscopie soit un succès. Vous recevrez 2 lavements avant l’intervention car le rectum et la partie inférieure de l’intestin doivent être vides pour que les parois intestinales soient visibles. Vous devrez essayer de maintenir la solution de lavement pendant au moins 5 minutes avant de la libérer.

Assurez-vous de prendre des dispositions pour qu’un chauffeur vous ramène à la maison après la coloscopie. Comme vous recevez des sédatifs pendant l’intervention, il est dangereux pour vous de conduire ou de faire fonctionner des machines pendant 8 heures après l’intervention.

Et si je prends mes médicaments avant une coloscopie ? Existe-t-il un régime spécial ?

La plupart des médicaments doivent être poursuivis comme d’habitude, mais certains peuvent interférer avec l’examen. Il est préférable que le coloscopiste soit informé de tous les médicaments sur ordonnance et en vente libre. Les produits à base d’aspirine, les anticoagulants comme la warfarine (Coumadin), les médicaments contre l’arthrite, l’insuline et les préparations à base de fer sont des exemples de médicaments qui peuvent nécessiter des instructions spéciales.

Régime coloscopie : rapprochez vous de votre médecin pour une alimentation adapté à l’examen
Régime coloscopie : rapprochez vous de votre médecin pour une alimentation adapté à l’examen

Le colonoscopiste voudra aussi être au courant des allergies d’un patient et de toute autre maladie majeure. Le colonoscopiste devrait être alerté si, dans le passé, les patients ont eu besoin d’antibiotiques avant une intervention chirurgicale ou dentaire pour prévenir les infections.

À quoi dois-je m’attendre pendant la coloscopie ?

Avant la coloscopie, on commence à administrer des liquides intraveineux et le patient est placé sur un moniteur pour la surveillance continue du rythme cardiaque et de la pression artérielle ainsi que de l’oxygène dans le sang. Les médicaments (sédatifs) sont habituellement administrés par voie intraveineuse, de sorte que le patient devient somnolent et détendu, et pour réduire la douleur. Si nécessaire, le patient peut recevoir des doses supplémentaires de médicaments au cours de l’intervention. La coloscopie produit souvent une sensation de pression, de crampes et de ballonnements dans l’abdomen ; cependant, à l’aide de médicaments, elle est généralement bien tolérée et cause rarement de fortes douleurs.

Les patients s’allongeront sur le côté gauche ou sur le dos au fur et à mesure que le colonoscope avance lentement. Une fois que l’extrémité du côlon (cæcum) ou la dernière partie de l’intestin grêle (iléon terminal) est atteinte, le colonoscope est lentement retiré et la paroi du côlon est examinée avec soin. La coloscopie prend habituellement de 15 à 60 minutes. Si, pour une raison quelconque, l’ensemble du côlon ne peut être visualisé, le médecin peut décider d’essayer à nouveau la coloscopie à une date ultérieure avec ou sans préparation intestinale différente ou peut décider de demander une radiographie ou une tomodensitométrie du côlon.

Que se passe-t-il si des anomalies sont détectées pendant la coloscopie ?

Si une zone anormale doit être mieux évaluée, une pince à biopsie peut être passée dans un canal du coloscope et une biopsie (un échantillon de tissu) peut être obtenue. La biopsie est soumise au laboratoire de pathologie pour examen au microscope par un pathologiste. Si l’infection est suspectée, une biopsie peut être obtenue pour la culture de bactéries (et parfois de virus ou de champignons) ou un examen au microscope pour la recherche de parasites. Si la coloscopie est effectuée en raison d’un saignement, le site du saignement peut être identifié, des échantillons de tissus obtenus (si nécessaire) et le saignement contrôlé par plusieurs moyens.

S’il y a des polypes (tumeurs bénignes qui peuvent devenir cancéreuses), ils peuvent presque toujours être enlevés par le colonoscope. L’ablation de ces polypes est une méthode importante de prévention du cancer colorectal, bien que la grande majorité des polypes soient bénins et ne deviennent pas cancéreux. Aucune de ces procédures supplémentaires n’entraîne habituellement de la douleur. Les biopsies sont effectuées pour de nombreuses raisons et ne signifient pas nécessairement que l’on soupçonne la présence d’un cancer.

Que se passe-t-il après une coloscopie ?

Les patients seront gardés dans une zone d’observation pendant une heure ou deux après la coloscopie jusqu’à ce que les effets des médicaments administrés s’estompent adéquatement. Si les patients ont reçu des sédatifs avant ou pendant la coloscopie, il se peut qu’ils ne conduisent pas, même s’ils se sentent alertes. Quelqu’un d’autre doit les ramener chez eux. Les réflexes et le jugement du patient peuvent être altérés pendant le reste de la journée, ce qui rend la conduite automobile, l’utilisation de machines ou la prise de décisions importantes dangereuses. Si les patients ont des crampes ou des ballonnements, cela peut être rapidement soulagé par le passage de gaz, et ils devraient pouvoir manger à leur retour à la maison. Après l’ablation de polypes ou certaines autres manipulations, l’alimentation ou les activités des patients peuvent être restreintes pendant une courte période de temps.

Avant le départ du patient de l’unité coloscopique, les résultats peuvent être discutés avec le patient. Cependant, il arrive parfois qu’un diagnostic définitif doive attendre une analyse microscopique des échantillons de biopsie, ce qui prend habituellement quelques minutes.

Après votre coloscopie :

  • Vous resterez dans une salle de réveil pendant environ 30 minutes pour l’observation.
  • Vous pouvez ressentir des crampes ou une sensation d’avoir des gaz, mais cela passe généralement rapidement.
  • Vous pouvez reprendre votre régime alimentaire normal.

Lisez attentivement vos instructions de sortie. Certains médicaments, comme les anticoagulants, peuvent devoir être évités temporairement si des biopsies ont été faites ou si des polypes ont été enlevés.

Le saignement et la ponction du côlon sont des complications rares mais possibles de la coloscopie. Appelez votre médecin immédiatement si vous présentez l’un ou l’autre des éléments suivants :

  • Saignement rectal excessif ou prolongé
  • Douleurs abdominales sévères, fièvre ou frissons.

Quelles sont les complications ou les alternatives possibles à la coloscopie ?

Les complications de la coloscopie sont rares et généralement mineures lorsqu’elles sont effectuées par des médecins spécialement formés et expérimentés.

Le saignement peut se produire au site de la biopsie ou de l’ablation de polypes, mais le saignement est habituellement mineur et autolimité ou peut être contrôlé par le colonoscope. Il est assez inhabituel d’avoir besoin de transfusions ou de chirurgie pour des saignements post-colonoscopiques. Une complication encore moins courante est une perforation ou une déchirure à travers la paroi du côlon, mais même ces perforations peuvent ne pas nécessiter de chirurgie.

D’autres complications potentielles sont des réactions aux sédatifs utilisés, une irritation localisée de la veine où les médicaments ont été injectés (laissant une masse tendre d’un jour ou deux), ou des complications dues à une maladie cardiaque ou pulmonaire existante. L’incidence de tous ces facteurs, pris ensemble, est inférieure à un pour cent.

Bien que ces complications soient rares, il est important pour les patients de reconnaître les signes précoces d’une complication afin qu’ils puissent retourner chez leur médecin ou à l’urgence. Le colonoscopiste qui a effectué la coloscopie devrait être contacté si un patient remarque des douleurs abdominales sévères, des saignements rectaux de plus d’une demi-tasse ou de la fièvre et des frissons.

La coloscopie est la meilleure méthode disponible pour détecter, diagnostiquer et traiter les anomalies dans le côlon. Les alternatives à la coloscopie sont assez limitées. Le lavement baryté est un test moins précis effectué à l’aide de rayons X. Il manque des anomalies plus souvent que la coloscopie, et, si une anomalie est trouvée, une coloscopie peut encore être nécessaire pour faire une biopsie ou enlever l’anomalie. Parfois, une anomalie ou une lésion détectée avec un lavement baryté est en fait des selles ou de la nourriture résiduelle dans un côlon mal nettoyé. Une coloscopie peut alors s’avérer nécessaire pour clarifier la nature de la lésion. La sigmoïdoscopie flexible est un examen limité qui utilise un colonoscope plus court et n’examine que le dernier tiers du côlon.

Quelles sont les dernières innovations médicales en matière de coloscopie ?

Il y a plusieurs nouveaux développements dans le domaine de la coloscopie. La plupart d’entre elles sont axées sur l’amélioration de la détection des lésions difficiles à identifier – petites (par exemple, petits polypes) et plates – ainsi que sur la capacité de déterminer, au moment de la coloscopie, si les petits polypes et lésions doivent être biopsiés ou enlevés parce qu’ils peuvent contenir des tissus prémalins ou malins. C’est important parce que beaucoup de ces lésions ne sont pas prématurées ou malignes, et beaucoup de temps et d’argent sont dépensés pour les enlever et les envoyer pour un examen microscopique inutilement.

Des innovations médicales existent en matière de coloscopie
Des innovations médicales existent en matière de coloscopie

Les images à haute résolution qui permettent une meilleure détection des lésions plates sont devenues la norme sur la plupart des coloscopes. L’agrandissement des images peut également améliorer la détection des lésions.

L’imagerie en bande étroite utilise une longueur d’onde spéciale de lumière qui améliore la configuration des minuscules vaisseaux sanguins qui se trouvent juste en dessous de la paroi du côlon. La configuration de ces vaisseaux est différente dans les tissus normaux, prémalins et malins. La détermination du modèle permet d’identifier plus facilement les lésions, en particulier les lésions prémalignes et les lésions plates malignes et permet également de décider si la lésion doit être biopsiée ou enlevée au moment de la coloscopie sans attendre les résultats de l’examen microscopique.

La Chromoendoscopie utilise des colorants (taches) qui sont pulvérisés sur la muqueuse du côlon pour différencier la muqueuse normale des tissus néoplasiques (bénins, prémalins et malins) et déterminer quelles lésions doivent être enlevées ou biopsiées.

L’endoscopie par fluorescence utilise des produits chimiques marqués à la fluorescéine, pulvérisés sur la paroi du côlon ou injectés par voie intraveineuse. Les produits chimiques sont absorbés par les cellules anormales (prémalignes et malignes) de la paroi du côlon plus que les cellules normales, et un éclairage spécial rend les zones de cellules anormales plus claires à voir afin qu’elles puissent être biopsiées ou enlevées complètement. L’endoscopie confocale au laser utilise une longueur d’onde particulière de lumière qui pénètre dans la paroi du côlon taché de fluorescéine pendant plusieurs millimètres. Les cellules anormales peuvent être identifiées plus clairement qu’avec la fluorescéine seule.

Il existe même des coloscopes et des accessoires qui permettent une vue rétrograde du côlon en plus de la vue antégrade à partir de la pointe du coloscope. Ainsi, des images sont obtenues dans deux directions opposées à 180 degrés afin d’identifier les lésions qui pourraient se cacher derrière des plis dans la paroi du côlon et qui seraient manquées par un coloscope standard à vision vers l’avant. Il y a même des tentatives pour développer un colonoscope autoprogressif.

La plupart de ces nouvelles techniques de coloscopie, à l’exception de l’imagerie à haute résolution, ne sont pas standard. Le ou lesquels s’avéreront en fin de compte être de précieux compléments à la coloscopie n’a pas encore été déterminé.

Enfin, l’imagerie par résonance magnétique (IRM) peut être utilisée pour examiner le côlon d’une manière similaire à la coloscopie virtuelle par tomodensitométrie. Le principal avantage de l’IRM est qu’il n’y a pas d’exposition aux rayonnements ; autrement, les limites sont semblables à celles de la coloscopie virtuelle par tomodensitométrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *